TROIS PRINCIPES SIMPLES

En tant que professionnelles de la nutrition, nous sommes en permanence confrontées à cette question : « Comment se nourrir « comme il faut » ?

Notre réponse, c’est que la nourriture est un choix très personnel. Culturel, émotionnel, social, « politique » même, et en lien direct avec la santé bien sûr. Si vous prenez en compte tous ces facteurs, sachez que vous prenez déjà la meilleure décision possible pour votre corps et votre vie.

Cela dit, après avoir étudié les différentes théories alimentaires, pesé le pour et le contre, et travaillé avec nos clients, trois principes simples et cohérents se dégagent.

Take care of your body. It’s the only place you have to live. — Jim Rohn

1. Pour manger équilibré : des légumes à volonté, un peu de protéines animales de bonne qualité, des graisses essentielles

Voici quelques règles de base à respecter pour vous aider à suivre un régime alimentaire équilibré :

Abandonnez la plupart des aliments transformés, c’est-à-dire tout ce qui se trouve en boîte ou en sachet.
Et si vous choisissez un aliment transformé quand-même, lisez l’étiquette et reposez tout ce qui contient des ingrédients que vous ne reconnaissez pas. Privilégiez les labels sans-OGM ou biologiques.

Les graisses trans, ces huiles hydrogénées que l’on trouve dans toutes sortes de produits, des margarines aux frites en passant par les craquelins, sont à éviter. Elles peuvent obstruer les artères, ce qui augmente le risque de crise cardiaque et d’accident vasculaire cérébral.

Minimisez les sucres et les glucides raffinés, ils sont inflammatoires. Épuisement, fringales, sautes d’humeur forment souvent un cercle vicieux généré par l’addiction au sucre : le sucre ne compense pas ces maux, il les provoque au contraire.

Si vous arrivez à vous en passer 70 à 80% du temps, c’est déjà un énorme pas pour votre santé.

2. Optimisez la qualité de vos aliments en évitant les pesticides et les antibiotiques.

Recherchez des fruits et légumes exempts de pesticides. Soyez particulièrement vigilants sur les produits les plus exposés, comme les salades vertes, les pommes, les fraises, les myrtilles, les pêches, les raisins et les poivrons. Les produits agricoles locaux contiennent en principe moins de pesticides, ils sont plus frais, plus savoureux et plus écologiques. N’hésitez pas à interroger votre maraîcher sur leur mode de culture et de production.

Mettez l’accent sur les protéines de haute qualité riches en oméga-3, comme les poissons gras, les algues marines, les œufs biologiques, le bœuf élevé dans les pâturages.

Lorsque vous consommez des protéines animales, choisissez une viande sans antibiotiques, élevée sans cruauté. Je ne sais pas pour vous, mais moi, j’exige une nourriture saine. 

3. Votre corps est le mieux à même de savoir ce qui lui convient ou pas.
     Écoutez-le

Certaines personnes se sentent mieux lorsqu’elles mangent de la viande, des céréales ou des produits laitiers ; d’autres ne les tolèrent pas.

Sans compter celles et ceux, nombreux, qui, sensibles ou intolérants à certains aliments, développent des symptômes inhabituels : épuisement, problèmes cognitifs, douleur ou maux de tête.

Pour déterminer si vous souffrez d’allergies alimentaires, testez un régime d’élimination de cinq semaines : arrêtez les principaux allergènes, produits laitiers, gluten, soja, œufs et maïs, pendant trois semaines, puis, réintroduisez-les dans votre alimentation, un par un (et chaque aliment sur trois jours) et voyez comment le corps réagit.

© Crédit photo header Ellie Ganza
PARTAGER SUR

Instagram Galerie